Navigation thèmes

Pigments, couleurs

Courr. des lecteurs

Substrats, supports

Liants et procédés

Procédés de dessin

Sculpture

Outils

Produits auxiliaires

Concepts phys-chim

Concepts techniques

Réseau ArtRéalité 

Qui sommes-nous ?

Sites amis

- LaCritique.org

- LEntrepot.fr

 

 

 

 

 

 

Navig. page/section

Préc./Prec.
Sup./Above
Suiv./Folwg.

_____

 

Sous cette page

_____

 

Pages soeurs

CDL - 19/8/2010 - S.T.
CDL - 16/8/2010 - A.D.
CDL - 9/8/2010 - M.S.
CDL - 6/8/2010 - N.F.
CDL - 2/8/2010 - C.S.
CDL - 19/7/2010 - T.D.
CDL - 18/7/2010 - N.D.
CDL - 15/7/2010 - J.
CDL - 7/7/2010 - V.L.
CDL - 5/7/2010 - M.M.
CDL - 27/6/2010 - C.C.
CDL - 16/6/2010 - R.D.1
CDL - 16/6/2010 - R.D.2
CDL - 7/6/2010 - S.T.
CDL - 7/6/2010 - M.M.
CDL - 3/6/2010 - B.R.
CDL - 28/5/2010 - J.M.
CDL - 27/5/2010 - T.E.
CDL - 21/5/2010 - Y.M.
CDL - 18/5/2010 - A.C. (1)
CDL - 18/5/2010 - A.C. (2)
CDL - 18/5/2010 - A.C. (3)
CDL - 6/5/2010 - M.P.
CDL - 28/4/2010 - L.G.
CDL - 27/4/2010 - M.1
CDL - 27/4/2010 - M.2
CDL - 18/4/2010 - P.J.1
CDL - 18/4/2010 - P.J.2
CDL - 6/4/2010 - L.M.
CDL - 30/3/2010 - A.B.
CDL - 30/3/2010 - A.B.2

_____

 

 

Copyright © www.dotapea.com

Tous droits réservés.
Précisions cliquer ici

 

Courrier des Lecteurs

2010 - saison 2/3

 

 

30/3/2010 - A.B.

Utilisation du dammar, dévernissage

 
cdl cdl cdl

 

Navigation, sommaire thématique

cliquer ici

Dialogue antérieur - Dialogue suivant

 

 

 

AB : Est il possible d'ajouter une gomme dammar en cours d'exécution ou peut-être pour les dernières couches ?

On dit qu'elle est cassante. Peut-être en la mélangeant à de l'huile de lin ?
Est il nécessaire d'ajouter de l'huile de lin sachant que la peinture du tube est déjà très grasse ?

 

 

 

 

 

 

Dtp : Il existe plusieurs types de gommes (en fait résines) dammar. En particulier, certaines sont plus cireuses que d'autres. Bien qu'il existe plusieurs raisons pour considérer un médium ou un vernis comme "cassant" (notamment la concentration en résine par rapport à d'autres produits plus souples), la présence de trop de cire dans le médium est la première dont il faut se préoccuper, les cires étant des produits notoirement cassables.

 

Pensons à la cire d'abeille : une seule « larme » dans un litre d'huile de lin suffit à modifier le comportement plastique de celle-ci.

 

 

Certes, la cire de dammar n'est pas la cire d'abeille, mais il n'est pas inutile, plutôt que d'ajouter de l'huile, de d'abord bien décirer par décantation le médium (si nécessaire, vous le saurez si vous observez un dépôt de cire au fond du flacon après quelques jours ou semaines) car vous avez tout à fait raison de souligner que la peinture en tube est déjà bien grasse. Et ajouter de l'huile n'enlèvera pas de cire.

 

Au-delà resituons les éléments dont nous parlons : avec cette gomme comme avec n'importe quelle autre gomme, huile ou produit semblable y compris synthétique, les polymères sont fatalement altérés (voir par exemple ce lien) et des défauts mécaniques et chromatiques (craquelures et jaunissement dans le cas du dammar selon François Perego) finissent par apparaître naturellement bien sûr. On ne peut pas demander à des tableaux d'avoir la longévité de mosaïques. En peinture on se trouve dans une logique du « moins pire ».

Il s'agit ici d'un produit dont la durée de vie est réputée et qui présente d'importants avantages par rapport à d'autres résines.

 

 

 

 

 

AB : Peut-on commencer par un jus avec de la térébenthine puis employer une pâte plus riche avec du médium du commerce type [xyz] et ajout de térébenthine (50/50 par exemple) et finir par un ou des glacis à l'aide de ce même médium du commerce avec de la gomme dammar.
 
  Quel processus suivre ?

 

 

Dtp : Il est impossible de connaître les propriétés précises de tous les médiums du commerce, surtout quand le fabricant ne donne pas les éléments nécessaires concernant leur composition et leur comportement. C'est précisément le cas pour le produit que vous évoquez, mais il n'y a là rien d'étonnant venant de cette entreprise que l'on ne citera pas mais que chacun reconnaîtra aux caractéristiques carences d'affichage d'informations sur ses produits.

 

     
 

On ne peut donc pas donner d'indications de proportions ici. A l'inverse, si un fabricant met à disposition suffisamment d'informations soit sur son site web, soit sous forme de documentations imprimées consultables gratuitement en magasin (ce qui devient rarissime), on commence à entrer en terrain meuble et il devient possible de réfléchir à des questionnements tels que le vôtre.

Si l'on vous propose d'acheter un livre pour savoir comment utiliser un produit commercial précis, c'est anormal, voire possiblement délictueux. Et pourtant cela existe.

 

 

 

Fabricants, détaillants,
lisez Dotapea !

 
 

Lorsqu'un produit du commerce même documenté contient une résine synthétique (on pourrait aussi parler des solvants et additifs), l'utilisateur ne dispose pas forcément des informations permettant d'évaluer les interactions avec d'autres produits, synthétiques ou faits maison car il s'agit de chimies réellement compliquées qui méritent les explications les plus claires possibles quant aux compatibilités et incompatibilités, et pas seulement des notices techniques industrielles ou des indications vagues (on lira à ce sujet le courrier suivant).

Des informations exploitables par l'acheteur sont bien entendu nécessaires.

 

Ce point étant encore assez mal compris par certains fabricants, il est prudent de limiter autant que possible les mélanges. Tout au plus, à la rigueur, d'une couche à l'autre on peut par exemple prendre le risque de passer d'un médium dammar maison à un flamand ou un vénitien du commerce à condition de respecter les temps de séchage et si les produits sont sûrs.

 

 

Interactions et mélanges

 
 

Enfin il est sage de ne pas acheter un produit de ce type en aveugle. Il vaut mieux noter ses références en magasin et rechercher des renseignements, sur le site du fabricant en particulier mais pas exclusivement, comme vous venez de le faire.

 

     
 

D'une manière générale, la sagesse recommanderait de n'acheter de tels produits du commerce que lorsqu'ils sont utiles et lorsque l'on ne peut pas les réaliser soi-même aisément à partir de matériaux bruts ou bien identifiés.

Bien sûr ce n'est pas un propos univoque : on n'a pas forcément le temps de préparer ce type de produits.

 

Deuxième partie cliquer ici

 

Ai-je besoin de pâtes surgelées si je sais
faire cuire des pâtes ?

 

 

 

Retour début de page 

 

Communication