Navigation thèmes

Pigments, couleurs

Courr. des lecteurs

Substrats, supports

Liants et procédés

Procédés de dessin

Sculpture

Outils

Produits auxiliaires

Concepts phys-chim

Concepts techniques

Réseau ArtRéalité 

Qui sommes-nous ?

Sites amis

- LaCritique.org

- LEntrepot.fr

 

 

 

 

 

 

Navig. page/section

Préc./Prec.
Sup./Above

_____

 

Sous cette page

_____

 

 

 

Copyright © www.dotapea.com

Tous droits réservés.
Précisions cliquer ici

 

Techniques numériques  

 

 

 

 

Le numérique : un immense domaine. On ne peut en donner ici qu'un petit aperçu. La section « Hi-tech » de Dotapea peut donner des informations sur certains points de l'actualité directement en relation avec ce sujet, mais un suivi de la création artistique est indispensable : comment au jour le jour les artistes se servent-ils de ces possibilités ?

La photo et le son ont sans doute été les premières disciplines artistiques concernées par ce que l'on nomme le numérique. Aujourd'hui, il est impossible d'une part de répertorier les emplois de ces techniques et d'autre part de les séparer - comme on l'a longtemps fait - des autres disciplines et procédés artistiques. On peut seulement essayer de saisir des tendances.

 

La photographie numérique a depuis assez longtemps fait ses preuves et s'est imposée dans le cadre de nombreuses réalisations artistiques, notamment celles qui mettent en oeuvre des supports de grande taille ou qui nécessitent des interventions informatiques.

Depuis à peine moins longtemps, la vidéo s'est imposée également. Peu à peu, le travail sur le son, laissé un peu de côté initialement, a pris une place majeure. Pour plusieurs raisons. L'une est certainement un réel intérêt pour une approche multimédia où la sonorisation pourrait prendre une place plus importante que dans le cinéma, une autre est le fait qu'une composition vidéo intégrée dans une installation peut difficilement faire l'impasse sur la dimension sonore.

Questions de sens

Les technologies numériques peuvent donner lieu à des objets qui n'ont rien de virtuel.

A ce sujet, faisons un petit détour du côté du lexique. On s'étonne de trouver le mot "cybernétique" dans les ouvrages d'Aristote. Pourtant, l'Académie Française rappelle que "le thermostat est un exemple simple de système cybernétique".

Or précisément, la vocation du numérique semble résider dans son aptitude à être mis à profit par la cybernétique, "science des systèmes dans lesquels l'effet obtenu agit à son tour, par rétroaction, sur le mécanisme provoquant cet effet, afin d'obtenir un résultat constamment adapté au but désiré." (Acad.), sans que au résultat cela ait le moindre rapport avec un caractère spécifiquement virtuel (virtuel, "qui n'est tel qu'en puissance, qui est à l'état de simple possibilité", Le petit Robert).

Quelques autres perspectives, en vrac :

* L'imagerie de synthèse. C'est l'une des clefs de ce domaine car on peut s'en servir pour réaliser des objets, des hologrammes, des vidéos, des images, des films ou des tracés de plans. La maîtrise des outils est parfois difficile et nécessite souvent l'emploi de logiciels complémentaires (pour le montage notamment lorsqu'il s'agit de vidéo).
Une formation est pratiquement indispensable. Ce sujet ne peut être traité in extenso dans nos pages. Donnons juste quelques noms de logiciels célèbres pour donner des indices : Blender3d ®, 3d Studio Max ®, Cinema 4d ® et quelques autres pour les synthèses et en montage, Final Cut ®, Adobe Première ®, etc...

* Le fraisage 3d. A contrario de "l'impression 3d", cette technique permet de sculpter des matériaux "nobles" (le bois notamment), de grande taille, à partir de "meshs", c'est-à-dire de formes décrites grâce à des logiciels d'imagerie de synthèse tels que ceux évoqués ci-dessus ou bien par copie à partir d'un modèle réel numérisé. On peut parfaitement intervenir a posteriori de manière classique sur des objets ainsi réalisés.
Des assemblages imposants peuvent être réalisés par collage.

* L'holographie numérique. Technique encore coûteuse mais prometteuse.

* Les affichages sur supports particuliers. Des tissus peuvent maintenant afficher des images numériques animées.
Un affichage "en suspension dans l'air" sans holographie est également possible. Pour des raisons de brevets, on connaît mal les caractéristiques et les possibilités de ce dernier procédé.

* Le son 5.1, 6.1, 7.1, ... Avec six canaux sonores (au départ), ces techniques ont vite intéressé les plasticiens par leur aptitude renforcée à donner au son des caractéristiques topographiques poussées.

* Les communications entre composants. La technologie Bluetooth ® notamment permet de transmettre des informations vers un programme permettant des réactions "en temps réel". Ce procédé est actuellement employé par certains plasticiens dans le cadre d'installations interactives. Des logiciels permettant de prendre en charge cette interactivité ont apparu.

* La robotique. Tinguely a réalisé des oeuvres majeures à l'aide de mécanismes qui semblent aujourd'hui très simples car certains plasticiens (pas toujours occidentaux), quelques architectes et designers explorent des solutions complexes qui font intervenir les traitements de données numériques.

Le numérique, c'est peut-être surtout cela : un type d'informations pouvant être traitées de manière privilégiée dans le cadre d'une cybernétique (voir encadré).

A suivre !

 

 

Retour début de page 

 

Communication