Navigation thèmes

Pigments, couleurs

Courr. des lecteurs

Substrats, supports

Liants et procédés

Procédés de dessin

Sculpture

Outils

Produits auxiliaires

Concepts phys-chim

Concepts techniques

Réseau ArtRéalité 

Qui sommes-nous ?

Sites amis

- LaCritique.org

- LEntrepot.fr

 

 

 

 

 

 

Navig. page/section

Préc./Prec.
Sup./Above
Suiv./Folwg.

_____

 

Sous cette page

_____

 

 

 

Copyright © www.dotapea.com

Tous droits réservés.
Précisions cliquer ici

 

Les outremers (famille de pigments)

 

 

 

Il existe au moins six variétés d'outremer :

* trois bleus (lire absolument l'article consacré aux bleus outremer) dont un très célèbre et splendide : le bleu outremer foncé ou outremer français

* un violet fort intéressant (lire texte in violets et mauves)

* un vert (rare et d'un intérêt discutable)

* un gris plutôt rare.

Le soi-disant "rouge d'outremer" n'est en fait qu'un bleu rougeâtre moyen. Ce n'est pas une variété spécifique d'outremer mais une appellation erronée.

Les différentes variétés d'outremers sont souvent déclinées de la manière suivante : bleu outremer teinte verte, teinte rouge, violet teinte rouge, etc. Il faut donc bien préciser que l'outremer le plus employé, celui qui fait véritablement référence de nos jours, est le bleu outremer foncé, ci-dessus.

Lecture conseillée : L'outremer sur Pourpre.com

 

Cette famille chimique de pigments a toujours pour base l'aluminosilicate de sodium liée au soufre. C'est essentiellement en jouant sur la proportion de soufre que l'on obtient des pigments dont la couleur balaye le spectre visible du violet jusqu'au vert.

La plupart des outremers sont cuits au four à une température relativement modeste (500°C, montant à 750°C par la combustion "naturelle" du soufre libre excédentaire - source François Perego).

Une combustion insuffisante implique donc la présence de soufre libre pouvant occasionner des accidents picturaux. Cette technique est cependant bien maîtrisée globalement.

D'autres éléments peuvent être adjoints. Notamment le calcium, qui entre dans la composition normale du lapis-lazuli, version naturelle du bleu outremer.

Lire absolument La genèse de l'outremer et Le lapis-lazuli, dit outremer véritable

 

ATTENTION : les outremers se décomposent au contact des acides.

Ils sont hygroscopiques ("maladie de l'outremer").

Ils ont un pouvoir abrasif certain. Une propriété méconnue qui ne doit que rarement être mise à profit.

Le vert d'outremer serait la seule variété peu stable à la lumière (information non confirmée). Les autres sont réputées extrêmement stables.

 

Selon les sources les plus sérieuses (notamment le RepTox du CSST), il faut éviter de boire et de manger lors de la manipulation du pigment et éviter le contact, particulièrement avec les yeux. Il ne s'agit cependant pas, loin s'en faut, de ce que l'on peut nommer "un produit toxique".

 

 

Retour début de page 

 

Communication