Navigation thèmes

Pigments, couleurs

Courr. des lecteurs

Substrats, supports

Liants et procédés

Procédés de dessin

Sculpture

Outils

Produits auxiliaires

Concepts phys-chim

Concepts techniques

Réseau ArtRéalité 

Qui sommes-nous ?

Sites amis

- LaCritique.org

- LEntrepot.fr

 

 

 

 

 

 

Navig. page/section

Préc./Prec.
Sup./Above
Suiv./Folwg.

_____

 

 

 

 

Copyright © www.dotapea.com

Tous droits réservés.
Précisions cliquer ici

 

Substrats, supports et préparations  

 

 

 

La frontière entre substrats et supports est parfois bien floue. Parfois, elle n'existe pas. Il nous a semblé qu'une approche contemporaine devait éviter une compartimentation. Nous avons donc essayé, quand c'était possible, d'intégrer dans cette section des éléments qui relèvent de disciplines très différentes, en nous focalisant sur les produits et non pas seulement sur les usages.

 

Les choix du support et de sa préparation dépendent beaucoup du produit que l'on veut éventuellement appliquer par-dessus.

Certains peintres ont cru, il y a une trentaine ou une quarantaine d'année, que l'acrylique permettrait de s'affranchir de ces contraintes. C'était faux. Les métaux, le verre, les tissus non tendus et certains plastiques sont de mauvais supports pour la plupart des gammes artistiques de cette peinture. Il existe de bonnes surprises mais l'adéquation de la peinture au support se pose ici comme avec tout procédé pictural et peut-être même davantage car la chimie a permis de créer de nombreuses variétés de ce liant, adaptées à des supports parfois inattendus.

Depuis les déconvenues des débuts de l'acrylique, le choix du support, du substrat et de l'apprêt ont retrouvé, dans l'ensemble, l'attention qui leur revient pour des raisons techniques mais aussi pour des raisons purement artistiques. La connaissance du comportement du support est importante. Par exemple, même s'il n'y a pas d'incompatibilité chimique, l'utilisation d'acrylique sur un papier à base de coton est déconseillée - sauf pour créer certains effets - car celui-ci se comporte un peu comme un buvard - un effet qui est davantage recherché pour l'aquarelle.

La connaissance des supports et l'expérimentation augmentent les possibilités des artistes.

 

Contraintes techniques, préparation des supports

 

 

Concernant l'enduction, les contraintes les plus importantes sont le "gras sur maigre" et le respect des temps de séchage, comme en peinture.

Danger d'un support trop mou ou d'une peinture (ou autre substance ajoutée) comparativement trop rigide. Exemples : acrylique sur textile vestimentaire, mauvaise combinaison à moyen terme ; risques encourus par une peinture fragile sur une toile élastique (cf. : les toiles synthétiques).

Adhérence support-peinture. Exemple : pas d'adhérence durable de l'acrylique sur un support trop lisse (verre, métal), sauf exceptions (Altuglas ®, polyester, sous certaines conditions). Autre exemple : réactivation des surfaces sèches peintes à l'huile avant l'application d'une nouvelle couche.

Réduire le caractère éphémère du support. Exemple : un métal se prépare pour qu'une peinture puisse y adhérer, mais aussi parce qu'il s'oxyde, se dégrade (sauf rares exceptions). Il en va de même pour une toile, un carton, etc.

Ce sont les quatre contraintes d'ordre général qu'il nous a semblé utile de mentionner ici. Les autres sont signalées dans les différents articles.

 

Contraintes artistiques

 

 

Elles sont beaucoup plus complexes. Beaucoup d'entre nous aiment s'y confronter, appréciant ce que l'on pourrait nommer "la réponse de la matière" ou celle du hasard. Entrer dans d'autres considérations au niveau général nous conduirait à construire une pédagogie artistique, ce qui n'est pas l'objet de ce site. Quelques points précis seront cependant mentionnés au fil des textes.

 

 

Retour début de page 

 

Communication